Le festival des bières artisanales de Châtillon

Samedi dernier je me suis rendu au festival des bières artisanales de Châtillon. Certains de mes amis parisiens m’ont posé la question « pourquoi aller jusqu’à Châtillon pour boire de la bière ?! ». Je me suis donc décidé à faire la liste des points positifs de ma venue et à leur faire découvrir ! Voici donc mon…

Top 10 des raisons de se rendre au festival des bières artisanales de Châtillon !

1. Ce n’est pas loin !
Il faut savoir que Châtillon fait partie de la banlieue proche de Paris, à seulement 20 minutes en transport de la gare Montparnasse et que la salle où avait lieu le festival se situait vraiment à 2 pas de la sortie du métro.

2. Le premier festival de l’année
Nous avons la chance d’avoir de beaux festivals de bière en France mais janvier et février sont des mois assez calmes. Le festival Châtillon a le mérite de pouvoir se placer habilement dans nos calendriers.

3. Le prix de l’entrée 
Pour 10 euros, j’ai obtenu un verre et 5 jetons de dégustation, un jeton permettant d’obtenir ensuite un galopin de bière auprès de l’un des brasseurs. (Précision : un galopin = la moitié d’un demi, soit 12,5cl. Je le mentionne car j’ai un ami belge qui ne connaissait pas !)

4. La séance de dédicaces
On m’a récemment offert le livre « Les 300 meilleures bières de France, de Belgique et d’ailleurs » et l’auteure était présente pour les dédicacer ce qui permet d’avoir un petit clin d’œil sympa. Je ne manquerai pas de me rendre prochainement dans la cave parisienne de Juliette pour y découvrir sa sélection de plus près.

Julie Fichelle, gérante du Bootlegger

5. La variété des brasseries présentes 
Une vingtaine de brasseries étaient là pour présenter leurs bières. La plupart étaient issues de la région parisienne mais si je les connaissais de nom, je n’avais pas forcément eu l’occasion de les goûter faute de disponibilité dans mes points de ravitaillement habituels !

6. La disponibilité des brasseurs
Je m’y suis rendu vers midi et y suis resté jusqu’à 16h, il s’agissait clairement des heures creuses de la journée mais cela m’a permis d’avoir vraiment le temps d’échanger avec certains brasseurs, de découvrir leur parcours et leurs méthodes de travail et ça, c’était vraiment cool.

Ci-contre les Bières Cat de Jérôme

7. L’achat de bières sur place
Les brasseurs avaient tous un stock généreux de leurs différentes bières et à des prix abordables, c’était donc un bon moyen de découvrir de nouvelles bières et de nouvelles brasseries. D’ailleurs je n’en suis pas reparti les mains vides.

Dégustations à venir sur mon compte Instagram

8. Les bénéfices reversés à des associations
Ce festival était organisé pour la seconde année par une équipe de bénévoles du Rotary club du 92 et tous les bénéfices étaient reversés à des associations. De là à dire que j’ai bu de la bière pour la bonne cause, il n’y a qu’un pas que je franchis !

9. Des ateliers de dégustation
Ils étaient animés par le biérologue Cyril Hubert, qui était également le parrain de cet évènement. Cyril sait capter l’attention de son auditoire de par ses justes analyses tout en y mettant une sympathique pointe d’humour.

10. La possibilité de rencontrer d’autres passionnés de bières
J’ai ainsi brièvement échangé avec hoppyhours, fait la connaissance de sirotonslehoublon, qui partage également ses dégustations sur Instagram, et passé une bonne partie de l’après midi en compagnie du Pod’Capsuleur, dont les podcasts audio sur la bière et les brasseurs vous régaleront les oreilles, pour changer des papilles !

Si tu es arrivé jusque-là, merci et n’oublies pas de t’abonner à mon compte Instagram pour suivre mes prochaines aventures et mes dégustations et à rejoindre la meute pour recevoir mes prochains articles directement dans ta boite mail !

C’e n’est pas fini ! Il y avait trop de love jusqu’ici, je me permets donc de lister 3 petits points sur lesquels le festival peut s’améliorer pour les prochaines éditions :

1. Les verres
Quand on aime la bière artisanale, on préfère la boire dans un verre… en verre. Les verres du festival étaient en plastique et c’était un peu dommageable.

2. Les points d’eau
Il n’y avait pas vraiment d’eau disponible au sein du salon et seulement un seul endroit où rincer son verre, celui-ci était situé à l’une des extrémités de la salle.

3. Les brasseries présentes
Popihn faisait des brasseries annoncées, au même titre que Thibord et La Truite. En réalité elles étaient représentées par un indépendant qui les distribue au niveau régional. Je pense qu’à ce titre, elles ne devraient pas être indiquées en tant que brasserie présente ni être sur l’affiche de l’événement. Il vaut mieux avoir la surprise de retrouver leurs bières sur le stand d’un indépendant que la déception de ne pas pouvoir rencontrer les brasseurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s